Quand la musique nous enseigne le travail collaboratif !

Quand la musique nous enseigne le travail collaboratif !

Qu’est-ce que la musique pourrait apprendre à l’entreprise ? Le chef italien renommé Sergio Baietta – qui a engagé une collaboration avec RisorSe, le partenaire italien de PerformanSe, afin de créer un dispositif de formation et de team coaching – évoque pour nous quelques pistes et quelques idées fortes…

Quel lien faites-vous entre musique et organisation ?

J’ai toujours pensé à la musique comme à un modèle d’ « ordre harmonieux naturel » dont on pouvait s’inspirer, à titre individuel ou collectif. Et tout orchestre est bien sûr un exemple d’organisation harmonieuse, puisqu’il s’agit d’un ensemble d’individus qui collaborent à la réalisation d’un chef-d’oeuvre et à sa diffusion au public.

Comment est-ce que cette harmonie peut s’exprimer concrètement ?

Dans une symphonie par exemple, il n’existe pas une section d’instruments qui prévaudrait « toujours » sur les autres, en leader absolu. Il y a plutôt des moments où un instrument devient soliste pour jouer la mélodie principale, tandis que les autres l’accompagnent. Puis le soliste deviendra, à son tour, un accompagnateur. Chacun a ainsi son moment de gloire pour exprimer au maximum son potentiel et ses idées musicales, tout en participant au collectif. Même le chef d’orchestre devra parfois imposer sa propre volonté, puis – à l’inverse – laisser une totale liberté d’expression à ses musiciens. Il s’agit là d’une sorte de leadership dynamique et flexible. De là même manière, dans une équipe de travail chacun doit avoir son « moment de lumière », être reconnu et valorisé comme unique et indispensable. C’est un prérequis pour l’engagement. Car le résultat d’un travail d’équipe est toujours supérieur à la somme des efforts que chaque membre peut produire. Il y a une alchimie propre à chaque groupe, il est donc très important que chacun soit conscient de participer à ce flux porteur collectif.

Mais vous valorisez aussi les dissonances, en musique… comme dans les équipes ?

En effet ! En musique existe également le phénomène de la « dissonance », une sensation a priori désagréable à entendre, comme une sorte de frottement, de contraste entre deux ou plusieurs notes. On peut très facilement comparer ce phénomène bien sûr à une situation problématique dans un collectif, ou simplement à une tension entre deux sujets. Dans le contexte de l’harmonie musicale, chaque dissonance est pourtant destinée à trouver sa résolution dans une consonance, c’est-à-dire que chaque dissonance crée un mouvement vers un accord supérieur, plus agréable, plus riche et plus complet qu’auparavant. Le conflit généré par la dissonance nous amène ainsi à une situation plus avantageuse et plus élevée. Pour aller plus loin, je dirais même que ce conflit, en musique, est nécessaire. Ainsi, dans nos vies personnelles comme en dynamique d’équipes, nous devons nous efforcer de considérer les situations conflictuelles comme des opportunités de croissance. Car je crois vraiment qu’une équipe sans diversité et sans conflits est une équipe avec une faible capacité de générer des idées créatives et innovantes…

La parole est ainsi d’argent… mais le silence serait d’or ?

Aussi paradoxal que cela puisse paraître en effet, l’une des caractéristiques fondamentales de la musique est la pause, l’absence de son, le silence. Il n’y a pas de son sans silence. Toute la musique existante et toute celle qui reste à écrire démarrent et se terminent par le silence. Pour écouter de la musique, nous devons donc avant tout nous plonger dans le silence, un silence intérieur, comme il faudrait savoir le faire aussi quand nous voulons interagir avec l’autre. Mais les pauses et les silences n’ont pas tous la même valeur et ne sont pas à considérer seulement comme absence de musique. Ils sont aussi caractérisés par la tension émotionnelle générée par contexte. Quel silence ai-je en moi à cet instant ? Est-ce un silence serein et calme ? Un silence nerveux et turbulent ? Et quand j’interagis avec l’autre, quel est le silence qui s’installe entre nous ? De confiance ouverte, de partage ou, au contraire, de méfiance critique et de rejet ? Et quel est le climat dans mon groupe de travail ? Quelle énergie est générée par cette équipe ? Quelle musique pourrait représenter son humeur générale ? Quand des musiciens jouent ensemble, ils doivent en effet se plonger dans le même silence afin de pouvoir se laisser porter par le flux musical et trouver une syntonie presque hypnotique. Dans mon expérience, je constate ainsi que la plupart n’y prêtent pas assez attention, perdant ainsi l’occasion de mieux se connaître et de mieux se relier aux autres.

« …une équipe sans diversité et sans conflits est une équipe avec une faible capacité de générer des idées créatives et innovantes… »

Sergio Baietta

Pianiste, chef d’orchestre, compositeur et formateur

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :

[Replay Webinar] La puissance de l’Intelligence collective

[Replay Webinar] La puissance de l’Intelligence collective

Pendant des décennies, les pratiques managériales étaient directement liées à la culture du résultat. Pourtant, sur le plan collectif, la performance d’une équipe ne peut être réduite à une somme de résultats individuels : elle dépend surtout de la capacité des individus à interagir, à travailler ensemble et à se coordonner… En d’autres termes, la performance d’une organisation est directement liée aux soft skills de ses collaborateurs !

Share This