Le manager de demain

Le manager de demain

La révolution numérique a transformé la place du management et le rôle du manager dans les organisations. Quelles sont les évolutions majeures et les conséquences sur les façons de manager vers un but commun ?

La légitimité du manager, historiquement basée sur son statut et la maîtrise de sa spécialité dans une organisation verticale est impactée par un contexte nouveau. Aujourd’hui, pour être crédible, le manager ne doit plus être celui qui détient l’information, mais il doit au contraire s’ouvrir, partager l’espace de décisions, responsabiliser et être capable de mobiliser l’intelligence collective. Pour cela, il doit acquérir de nouvelles compétences, en tirant des enseignements des expériences passées.

Mais, au fond qu’est ce qui a vraiment changé ?

Les théories du management ont toujours été traversées par deux dimensions contradictoires : une dimension autoritaire, hiérarchique, organisée,  et une dimension plus souple, plus humaine, centrée sur des valeurs d’écoute, de compréhension et d’un positionnement équilibré dans l’échange. La première a donné naissance au management vertical des grandes organisations, mais aussi à toutes les théories de rationalisation de l’organisation du travail. Mais la seconde n’est pas non plus le résultat d’une réflexion contemporaine ! Quand on y regarde de plus près – et plus particulièrement les travaux de Thibault Le Texier – on s’aperçoit en effet que l’idée de « management » est apparue au XVIIIe siècle, en Angleterre, autour d’une idée de « care », de soin.

Et c’est quelque part cette idée qui revient aujourd’hui, avec l’idée d’un manager « bienveillant », attentif à l’autre, doté de compétences en communication et encourageant la collaboration… Comme si le « juste management » était fait d’un croisement heureux entre les deux dimensions que chacun à son tour tente de rendre harmonieux.

« Pour le manager, la connaissance de soi est le facteur fondamental de sa performance future. Il doit en effet être capable de porter un regard lucide et critique sur ses propres dispositions, ressources, motivations et croyances. C’est cette connaissance profonde de lui-même qui lui permettra d’accroître son influence positive sur ses équipes et son environnement. »

Les nouveaux facteurs et le nouveau manager


La digitalisation, l’accès massif et instantané à l’information, la complexité liée au mélange des générations et des cultures dans les organisations, la multiplication des phénomènes de « burn out » et de « bore out » sont des facteurs qui interpellent forcément les organisations. Elles prennent conscience de la nécessité de se transformer en profondeur.

Dans ce contexte incertain et ambigu, le manager doit se doter d’une vision claire de ses contributions et de sa création de valeur. Ses enjeux sont triples : manager le but, manager les interactions et manager l’organisation. Etre une boussole plus qu’une horloge, plus inspirant, plus stimulant, plus responsabilisant. Et la façon de se projeter doit évoluer en s’appuyant sur un management par la confiance : en soi, en l’autre et en l’avenir !

Pour le manager, la connaissance de soi est le facteur fondamental de sa performance future. Il doit en effet être capable de porter un regard lucide et critique sur ses propres dispositions, ressources, motivations et croyances. C’est cette connaissance profonde de lui-même qui lui permettra d’accroître son influence positive sur ses équipes et son environnement. Le manager doit également mobiliser son énergie à développer les compétences « du futur » – créativité, résolution de problèmes complexes, pensée critique, flexibilité, intelligence émotionnelle… – des soft skills plus que des compétences techniques ou relevant de l’expérience métier.

L’entreprise doit remettre au cœur de sa réflexion l’enjeu de la connaissance de l’individu au travail et particulièrement concernant ses managers. Face aux transformations en cours et à venir, le manager est la principale « courroie de transmission » qui établit le lien entre stratégie et exécution.
Il est essentiel de s’intéresser à lui, aux compétences qui devront être les siennes pour jouer au mieux  son rôle de facilitateur, d’organisateur et d’inspirateur.

Comment mieux « être ensemble », « faire ensemble » et « aller loin ensemble » sont les questions que le manager du futur devra se poser en permanence pour être performant.  Nous avons besoin de prendre soin de lui, pour qu’il puisse prendre soin de ses équipes à son tour. Et ainsi, ensemble, faire du futur qui se dessine en entreprise… un futur réellement désirable !

Dominique Duquesnoy, DG & Laurent Gontard, DGA, PerformanSe 

Inscrivez-vous à notre Newsletter !
Inscription Newsletter
Nom

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :

[Webinar] Comment mieux se connaitre… pour mieux manager ? | Le 19 & 21.03

[Webinar] Comment mieux se connaitre… pour mieux manager ? | Le 19 & 21.03

La révolution numérique a transformé la place du management et le rôle du manager dans les organisations. Quelles sont les évolutions majeures et les conséquences sur les façons de manager vers un but commun ? Quelles soft skills le manager de demain doit-il développer pour jouer au mieux son rôle de facilitateur, d’organisateur et d’inspirateur ?

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This